Pirate contre Pirate

Comme je le disais il y a quelques temps sur Twitter et dans mon article à propos des poupées, notre fille a eu (et est toujours dans) une période « pirates ». Tout ce qui s’y rapporte la fascine.

Un jour elle m’a sorti spontanément que les filles ne pouvaient pas être des pirates et depuis j’avoue que j’essaie de trouver des preuves du contraire.

Ce n’est pas juste par esprit de contradiction, mais parce que les femmes pirates ont bel et bien existé et que je trouve dommage qu’elles aient été totalement gommées de cet univers.

J’ai d’ailleurs lancé un appel à l’aide sur twitter pour trouver des références sur ce thème des femmes pirates et je vous prépare un petit récap.

Mais aujourd’hui je voudrais justement vous parler d’un magnifique album que j’avais déjà puisqu’il nous a été offert il y a un bout de temps maintenant par Kozlika. Il s’agit de « Pirate contre Pirate » :


C’est une histoire de rivalité entres deux affreux pirates : quand le bateau de Bart le baraqué, le plus redoutable pirate de l’atlantique,  croise celui de Mo la mauvaise, formidable pirate du Pacifique, c’est la lutte pour savoir qui des deux laissera l’autre passer.

Bart ordonne à Mo de s’écarter de son chemin. Elle refuse de  céder face à ce « chien galeux » de Bart.

Pour trancher la question, ils décident de s’affronter dans toute une série de duels plus rocambolesques les uns que les autres et ainsi déterminer lequel d’entre eux est le plus grand pirate.


Au final rien ne les départage et force est de constater que Mo lance le boulet aussi loin que Bart, qu’elle nage aussi vite et aussi loin que lui et qu’ils ont amassé autant de richesses l’un que l’autre.



À force de s’affronter, ils finissent par se trouver des qualités, par s’apprécier  et par se marier.

Vous l’aurez compris, ici on adore ce livre, Mumu autant que moi.

Son côté truculent nous amuse beaucoup et ma fille est très sensible au fait qu’il y ait en héroïne une fille qui a autant de courage et de force que les gars (et autant de gouaille aussi il faut bien le dire).

Les illustrations d’Alexandra Boiger sont très belles. Le style est plus proche de la peinture façon aquarelle. Et pour une fois je trouve les dessins beaux. Souvent dans les livres traitant des pirates tout le monde est laid et les dessins vont de pair dans la mocheté.

Là les pirates sont toujours affreux mais les dessins ont du style (enfin je trouve, tout ceci n’étant que mon avis ça reste très très subjectif).

L’histoire est courte (parfaite pour le soir) mais il y a suffisamment de texte pour capter l’intérêt d’un enfant plus grand et/ou celui d’un lecteur débutant.

J’aime bien le fait que les deux protagonistes soient sur un pied d’égalité parfait et qu’il n’y ait pas de gagnant.

J’apprécie aussi le fait que la présence d’une femme à poigne à la tête d’un équipage d’hommes soit présentée comme quelque chose de totalement normal.

Je regrette juste la fin sur le mode « ils se marièrent et vécurent heureux  » et le fait qu’il n’y ait qu’une seule femme. Je pense que ça n’aurait rien enlevé à l’histoire ni au potentiel de séduction de l’héroïne qu’ils deviennent juste des potes et continuent à pirater sur les océans.


J’aime bien le côté flamboyant de cette femme pirate qui ne se laisse pas faire et relève tous les défis.

Pour les enfants à partir de 3 ans

Editions Circonflexe

Ce livre vous a intéresse? Vous pouvez :
Le commander sur Amazon
Vérifier sa disponibilité et le commander dans la librairie proche de chez vous

 

2 Comments

  1. jacquescartier

    Nos puces sont fascinées par les pirates aussi (en témoignent les anniversaires organisés sur ce thème et nombreux déguisements). Une histoire qui leur plait beaucoup c’est « The Three Little Pirates », un livre en anglais, facile à lire quand on a 5-6 ans. Même en grandissant, elles restent très attachées à cet univers

Laisser un commentaire